ASTUCE BEAUTE / La « slow cosmétique »: consommons la beauté autrement

Hello!

A vrai dire je m’intéresse de plus en plus aux marques cosmétiques bio et même vegan. Je ne dis pas que j’arriverai faire abstraction de l’utilisation de marques non-bio car en tant que passionnée par la beauté, j’aime découvrir des choses nouvelles. Par contre, je ressens réellement le besoin d’avoir cette démarche éco-citoyenne et je me suis penchée sur la « slow cosmétique« .

Logo-600px

Qu’est ce que la « slow cosmétique » ?

Nous connaissons déjà la slow food, ce mouvement qui a pour principal objectif de sensibiliser les citoyens à l’écogastronomie et à l’alterconsommation. Et bien, c’est à peu près la même chose mais pour la cosmétique. C’est une démarche écologique et éthique fondée sur une volonté commune de promouvoir un mode de consommation naturel, sain et raisonnable de la cosmétique.

Le terme « slow cosmétique » a été inventé par Julien Kaibeck, un passionné de beauté et de cosmétique naturelle qui enseigne l’aromathérapie en France et en Belgique. Il a aussi lancé une association du même nom en 2012 et en 2015, un e-shop sur lequel les marques lauréates de la Mention Slow Cosmétique proposent leurs produits.

Les principes de la « slow cosmétique« 

La « slow cosmétique », c’est être aussi bon pour le le corps que pour l’environnement.

Elle repose sur des principes simples : connaissance, bon sens et éthique.

La connaissance

Pour bien appréhender cela, il faut connaitre parfaitement sa peau, son fonctionnement et ses besoins. Une fois que ton épiderme n’aura plus de secrets pour toi, tu peux commencer à te pencher sur la formulation des cosmétiques que tu utilises.

Pour cela, c’est simple. Enfin sur le papier. Il existe la liste INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients) qui recense la totalité des ingrédients qui entrent dans la composition d’un produit cosmétique donné, de manière suffisamment visible, dans l’ordre décroissant leur concentration. Elle a été instaurée en 1973 par une association américaine regroupant des fabricants de cosmétiques. En Europe, son utilisation est obligatoire depuis 1999. On la retrouve le plus souvent directement au dos des produits. La « slow cosmétique » privilégie le bio.

Le bon sens

Les cosmétiques doivent répondre aux besoins de la peau, et si possible ne pas en créer de nouveaux. Pour cela, il faut limiter le plus possible les produits utilisés au quotidien et essayer de leur rester fidèle pour leur donner la possibilité d’agir au mieux. Pour moi, c’est évidemment la partie la plus dure du truc ! 🙂

L’éthique

C’est aussi l’un des points les plus importants de la « slow cosmétique ». Les produits de beauté doivent être produits et utilisés dans le respect de la Nature et de l’Homme. Dans cette vision, la « slow cosmétique » bannit tous les ingrédients issus de la chimie de synthèse et de la pétrochimie ainsi que tout ingrédient potentiellement polluant.

« Nous sommes les héritiers d’une tradition de beauté prestigieuse. Je ne crie pas à la théorie du complot, seulement je pose la question : n’avons-nous pas perdu le sens ? Je suis convaincu que la peau a juste besoin d’être nettoyée, hydratée et protégée du soleil. La slow cosmétique résonne dans le monde entier, je reçois une centaine de courriels par jour. De la même manière que les gens veulent savoir ce qu’ils mangent, ils sont de plus en plus nombreux à se demander ce qu’il y a dans leur crème lavante, leur sérum » affirme Julien Kaibeck.

Les bons réflexes

  • La toilette du matin : on se passe un peu d’eau fraîche sur le visage pour réveiller l’éclat du teint et resserrer les pores de la peau. Pour la phase démaquillage, on oublie le gel nettoyant du commerce. On opte plutôt pour une éponge de konjac ou alors un gel moussant certifié bio
  • Un lavage au gant sans savon : de temps en temps, on se lave le corps sans aucun produit. Avec un gant de toilette sec, on frotte les zones les plus rugueuses en petits mouvements circulaires avant d’enchaîner avec des mouvements plus larges sur tout le corps. Ensuite on rince abondamment à l’eau claire. Si votre peau est archi-sensible, pas de soucis ! Ajoutez juste quelques gouttes d’huile végétale ou d’huile essentielle de lavande
  • Un gommage « minute » : régulièrement, on exfolie son corps avec du sucre mélangé à du yaourt ou du fromage blanc. Cette préparation s’utilise immédiatement! Pour les zones rugueuses uniquement, on peut utiliser du du gros sel bio
  • Une huile comme crème hydratante : pensez à choisir une huile végétale bio, portant la mention « pressée à froid ». Les huiles végétales pénètrent bien la peau et la nourrissent intensément. Dans la paume des mains, on dépose quelques gouttes, on chauffe légèrement et on applique sur le visage. L’huile de jojoba convient à toutes les peaux mais il existe de nombreuses huiles végétales plus ou moins grasses (amande douce, argan, karité, avocat par exemple)

Alors la prochaine fois que vous serez face à vos produits de beauté, vous vous pencherez sur l’étiquette ?

Carnet pratique

Pour se renseigner plus en détail sur le sujet, dévorez le livre « Adoptez la slow cosmétique » de Julien Kaibeck aux éditions Quotidien Malin (environ 16€)

Pour l’acheter, c’est ici !

 

 

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s